Doula

Une doula, quézako ?

Une doula, c’est un soutien, de la bienveillance, de l’écoute, une source d’informations (si possible, issues de la littérature scientifique), du bonheur!

En effet, une doula a un rôle d’accompagnante en plus du suivi médical assuré par une sage-femme et/ou un gynécologue. Son travail est donc complémentaire au suivi médical. Cet accompagnement peut avoir lieu à des moments précis, prénatal, accouchement, postnatal, IVG, etc ou suivre la maman principalement mais également le bébé du prénatal voire de la préconception au postnatal.

Elle accompagne sans jugement ni discrimination aucune (religion, couleur, préférence sexuelle, etc) la femme, principale concernée par le désir d’enfant, la grossesse ou encore le post-partum, mais également l’entourage proche. Notamment, le/la partenaire peut être amené à ne pas avoir d’interlocuteur, les rencontres avec la doula pourront donc devenir un lieu de parole privilégié. Elle écoute en toute intimité afin de redonner confiance en eux-mêmes aux parents. Ceci en préconception, en prénatal lorsqu’ils peuvent se sentir démunis mais également en post-partum lorsqu’ils peuvent se sentir perdus. C’est un lieu d’écoute dans une relation de confiance et d’intimité au long terme.

Grâce à sa formation et à son expérience pratique, elle pourra apporter des trucs, astuces, outils pour alléger les maux de grossesse, moraux et physiques mais également mettre en lien avec d’autres personnes, thérapeutes ou parents.
La Doula est formée :

  • à la physiologie de la grossesse et à ses difficultés
  • à la physiologie de l’accouchement et à ses complications
  • à la physiologie de la lactation et à ses désagréments
  • aux besoins du postnatal pour l’enfant et les parents
  • aux difficultés maternelles (baby-blues, dépression post-partum et burn-out maternel)
  • aux accompagnements différents (IVG, PMA, deuil, handicap, etc)

Puis elle poursuit sa formation en mettant régulièrement à jour ses connaissances au fil des accompagnements.

La doula permet donc, entre autre, la réduction de

  • 25% de la durée du travail d’accouchement
  • 30% de l’utilisation d’antalgiques (tous confondus)
  • 30% de l’utilisation des forceps
  • 40% de l’utilisation d’ocytocine synthétique
  • 50% du risque de césarienne
  • 60% de demande d’une péridurale.*
  • risque de dépression post-partum
  • l’insatisfaction de l’expérience natale globale
  • d’échec d’un allaitement.

En toutes circonstances, je vous accompagne, vous soutiens, avec bienveillance.

Je vous accompagne dans les bons moments

De la conception au post-partum, de l’ébauche de projet jusqu’après l’adoption.

Je vous accompagne dans les moments difficiles

PMA, FIV, Adoption, Avortement, Interruption thérapeutique de grossesse, fausse couche, handicap, etc.

L’argent ne doit pas être un problème, il y a toujours une solution, contactez-moi !

Vous pouvez prendre rendez-vous en ligne ou par téléphone

* Résultats combinés de six études, Marshall H. Klaus, John H. Kennell, Phyllis H. Klaus, 1993. Aussi publié dans The Doula Book: How A Trained Labor Companion Can Help You Have a Shorter, Easier, and Healthier Birth. Perseus Press, 2002, Chapitre V.